Les éco-cups sont-elles écologiques… ?

Par défaut

Les éco-cups, vous connaissez, n’est-ce pas ? Ce sont ces grands verres en plastique que l’on vous propose lors d’événements, pour boire un coup sans produire de déchet.

Lorsque vous buvez dans une éco-cup, vous ne buvez pas dans un gobelet plastique non biodégradable et non recyclable.
On vous dit : « le meilleur des déchets, c’est celui qui n’existe pas ».
Certes.
Une parole qui tombe sous le sceau du bon sens.
Mais, comme avec tous les raisonnements simples, il est souvent bon de se poser quelques questions simples.

D’abord, qui vous prouve que cette éco-cup ne fera pas un déchet… ?
On adoooorrre le Festival dans lequel on se l’est procuré. Ou le marché de Noël. Ou la compétition sportive. Alors, on garde l’éco-cup personnalisée en souvenir. On la range dans un placard. On la collectionne.
Au pire, cette éco-cup n’aura servi qu’une seule fois ; au mieux, vous la ressortirez, à l’occasion.
Et au prochain rangement de printemps, longtemps après le festival : vous la mettrez à la poubelle. Même si ce n’est pas un emballage, vous espérez qu’elle partira dans le recyclage.
Alors, une éco-cup qui ne sert que quelques fois avant d’être jetée, c’est écologique ?
Non.

Pour être aussi écologique qu’un gobelet en plastique non recyclable, l’éco-cup doit servir 100 fois. C’est l’utilisation optimale pour compenser a minima l’empreinte carbone de sa production, de ses nombreux lavages, et de son éventuel recyclage.
Techniquement, c’est possible.
Mais concrètement, ce n’est pas possible dans un placard.
Et encore moins dans une poubelle. Même si c’est la poubelle jaune.

Donc, à Vert&Co, on s’est dit : « Il faut qu’on s’en occupe ! »
Xénia est partie avec son bâton de pèlerin, à la recherche d’éco-cups neutres (sans aucun intérêt pour d’éventuels collectionneurs) qui allaient nous servir à proposer à boire aux vaillants clients du marché de Noël de St Nizier : par -12°c, rien de meilleur qu’un bon vin chaud, pas vrai ?

Nous avons installé notre stand (où l’on proposait aussi, à la vente, des tas de jeux d’occasion reconditionnés, pour un prix défiant toute concurrence) juste à côté du vin chaud 😉
Chaque éco-cup coûtait 1€ par buveur, remboursé dès que le verre revenait dans notre stand. On appelle ça : la consigne.
Sur 300 verres, on avait bien imaginé qu’il en manquerait quelques-uns après la fête, ceux des linottes : de charmants oiseaux distraits.
Et bien, des linottes, il y en a eu beaucoup, finalement.
50, au total.
Nous avons donc reversé à notre fournisseur les euros correspondants à leurs consignes.
Eh oui il y a un prix à payer pour compenser l’empreinte carbone de la production de 50 éco-cups.

Et leur recyclage, me direz-vous ?
Quelqu’un s’en occupera peut être.
Les verres disparus dans un coin de nature mettront 400 ans à s’auto-dégrader.
Nous, à Vert&Co, on aurait bien aimé pouvoir s’en occuper avant.
Mais comme on est convaincu que les linottes peuvent apprendre à se concentrer sur leur environnement, et qu’on a aussi confiance en la nature humaine, on recommencera l’opération éco-cup lors de prochains événements !
Oui oui.
Et on fera un pari : réduire le taux de linottes de 50 %.
Nous comptons sur vous pour faire passer ce message.
Un grand merci d’avance !

Si d’aventure, de votre côté, vous organisez un événement et que vous souhaitez le rendre éco-responsable, vous pouvez vous aussi vous rendre sur le site www.isere.fr/aides-la-jeunesse-et-aux-loisirs, et louer des verres sans intérêt, sauf pour boire. Prévoir une caisse avec de nombreuses pièces de 1€, pour ne pas être pris de cours pour le remboursement de la consigne. Un grand merci à l’organisation de la Foulée Blanche, qui nous a expliqué toute la marche à suivre.

2 réflexions au sujet de « Les éco-cups sont-elles écologiques… ? »

  1. cta

    le problème que vous ne soulevez pas, c’est que le lavage des éco cup est tout sauf écolo.
    les écocup ne se lavent pas dans votre évier ni dans votre petite machine à laver … sachez que dans les festivals, à la foulée blanche ou autres gros évennements, c’est une société spécialisée qui lavera ces centaines de petits gobelets dans une eau très très chaude, avec beaucoup de produits bien peu écolo .. c’est la seule façon d’avoir un éco cup propre , qui aura l’autorisation d’ être remis dans un autre événement.
    les éco cup, dans plusieurs festival, c’est fini, on revient au bon vieux verres.. en verre !

    • Ah ben non, je ne savais pas vraiment ça… En fait, le nombre de 100 utilisations par éco cup est issu d’une étude de cycle de vie de l’Ademe, qui tient compte du lavage. Mais si la priorité est donnée à l’antiseptique, je me doute bien que les conséquences sur l’eau sont lourdes.
      Sinon, il existe des gobelets biodégradables et compostables, mais leur empreinte est assez lourde côté fabrication, notamment en eau.
      Personnellement, je suis adepte de la gourde personnelle, mais il est vrai que ça ne fait pas le beurre des associations qui tiennent une buvette. Donc, pourquoi ne pas développer le concept de verre portatif et personnel? Anticipation et responsabilité sont filles de la transition, en réalité. Mais on a si peu l’habitude…
      Merci CTA pour ce commentaire enrichissant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *