Maîtresse, c’est quoi du compost ?

Par défaut

Une après-midi d’ateliers Grand Parcours de l’Eau pour les enfants prévue dans le cadre de la Semaine des Alternatives aux Pesticides sur le territoire des 4 Montagnes ? On ne pouvait pas laisser passer l’occasion de parler de Compost… surtout avec le beau composteur collectif de la CCMV à deux pas !

Alors me voilà ce vendredi 30 mars à expliquer à nos petits loulous (CM2 et CP de Villard de Lans et de Lans en Vercors) le cycle naturel des plantes qui – grâce à nos amis les vers de terre entre autres – transforme en humus la matière organique tombée au sol.

Quel est l’intérêt de l’humus ? C’est quoi de la matière organique ? Pourquoi vouloir recréer ce cycle naturel dans un composteur ? Est-ce que ça sent mauvais ? Est-ce que je peux toucher les vers de terre ? Est-ce que je dois tasser ou au contraire aérer ? Où est-ce qu’on trouve du broyat ? Autant de questions qu’ils ont pu poser et se poser par petits groupes.

L’objectif étant qu’ils repartent bien convaincus de l’intérêt de composter : réduire les déchets de cuisine et de jardin et produire un engrais naturel pour les plantes de nos jardins. Et qu’ils convainquent leurs parents que ce n’est pas très difficile ! Car éviter à 30% de nos ordures ménagères d’être trimballé dans des camions poubelles mérite bien quelques aller-retours au composteur…

Et si vous vous posez des questions sur votre compost ou que vous ne savez pas où amener vos biodéchets, n’hésitez pas à poser vos questions – nous sommes plusieurs guides composteurs à votre disposition ! D’ailleurs on vous en parle ici.

 

 

3 réflexions au sujet de « Maîtresse, c’est quoi du compost ? »

  1. Dominique

    Petites questions à notre spécialiste : puis-je ajouter en guise de matière carbonée des petits morceaux de cartons récupérés et découper? J’ai également des brindilles issues d’une coupe dans le jardin : comment les valoriser dans le compost? Faut-il le broyer? Mais comment faire quand on n’a pas de broyeur? Grand merci pour les réponses !

    • Dorothée

      Les bouts de cartons : OUI – mais attention à ce qu’il n’y ait pas trop de colle ou d’encres… D’ailleurs dans les lombricomposteurs c’est généralement exclusivement du carton qui est apporté en tant que matière carbonée…
      Les brindilles : L’idéal pour accélérer la dégradation c’est sur c’est le broyeur (possibilité de faire un appel aux habitants pour en emprunter un ; ou à plusieurs d’un quartier faire venir un paysagiste qui en a un ; possibilité aussi d’interpeller la CCMV pour indiquer que certaines collectivités subventionnent l’achat groupé de broyeur..). Une fois broyés les mettre de côté de façon à avoir ton stock de matière “sèche” à rajouter au-dessus tes déchets ménagers régulièrement.
      Sinon tu as l’option de les couper grossièrement comme tu peux – Pour avoir un compost relativement rapidement l’important c’est qu’elles ne t’empêchent pas de brasser ; et qu’elles
      se mélangent au reste. Si tu as un compost qui sert principalement à la réduction de tes déchets et que tu ne cherches pas à avoir rapidement un compost +++ pour un potager, les brindilles finiront bien par se dégrader quelle que soit leur longueur ! Personnellement j’ai déjà fait du compost en tas, en posant les brindilles telles quelles dessus… il faut juste être patient – et que le tas ne soit pas trop visible 🙂

  2. Dorothée

    Petit ajout: pour des brindilles de moins de 1 cm de diamètre, une tondeuse peut suffire pour faire un beau broyat. Cela fera travailler un peu plus la lame mais n’endommage pas la machine (vérifier juste qu’il n’y a pas un cache de protection en plastique de la courroie qui pourrait être abîmé par les branches)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *