Beurk… des couches lavables

Par défaut

Habitant le Vercors, nous voilà depuis 5 mois déjà plongés dans le monde « merveilleux » des couches lavables. Bien sûr, à chaque fois que l’on parle de couches lavables, ça grogne un peu dans les chaumières.

C’est vraiment une régression, on revient au temps de nos grands-mères ! Bon alors, reprécisons quelques petites choses. Du temps de nos grands-mères, il n’y avait pas de machines à laver, elles ne disposaient pas de couches modernes extrêmement bien étudiées et performantes ; et les grossesses étaient souvent rapprochées et nombreuses. En effet, dans ces conditions ça laissait à réfléchir.

Mais c’est sale !? Franchement quel parent n’a jamais touché du bout des doigts un petit peu de caca ou de pipi…

Vous allez vraiment vous embêter la vie ! Ptêtre bien que oui, ptêtre bien que non ! En tout cas, organisés, l’affaire tourne assez bien !

Mais alors pourquoi, au grand damne d’une majorité de notre entourage, avons-nous opté pour ces fameuses couches lavables ?

Écologie

Un enfant, de sa naissance à sa propreté, consomme en moyenne 3800 couches jetables. La production des couches jetables consomme de l’eau, de la cellulose (issue du bois qui peut contribuer à la déforestation), du pétrole et de l’énergie. Elles nécessitent du transport pour l’acheminement et pour l’évacuation des déchets.

Une fois usagées, elles représentent pour un enfant plus d’une tonne de déchets qui doit être déplacée jusqu’au lieu d’enfouissement ou d’incinération.

Pour les quatre montagnes, celles-ci sont enfouies à Penol situé à 80 km de Villard et mettent près de 500 ans à se dégrader tout en polluant les sols et les nappes phréatiques.

Certes, les couches lavables nécessitent d’être lavées et cela consomme de l’eau et de l’électricité. Mais l’on peut réduire cet impact en les lavant dans une machine à pleine charge et de préférence à 40 ou 60°C, en utilisant une machine performante (classe A/AA), en recourant à des lessives porteuses d’écolabel à juste dose, en les séchant à l’air libre et bien sûr en ne les repassant pas. (source ADEME)

Économie

Une couche jetable coûte entre 0.20 et 0.50 euros. Soit entre 760 et 1900 euros par enfant pour un usage moyen de 3800 couches. Il faut compter entre 400 et 750 euros pour s’équiper en couches lavables neuves. On peut s’équiper de couches d’occasion pour moins de 300 euros. Et si on les a acheté neuves, il est possible de les revendre d’occasion et de réduire la facture initiale. Si l’on a plusieurs enfants, on peut les réutiliser.

Donc pour une famille de deux enfants souhaitant des couches de qualité, label AB, il faut compter un budget d’environ 3000 euros contre environ 600 euros pour des couches lavables (qui pourront être revendues environ 300 euros). Même en ajoutant quelques accessoires pour les couches lavables et la consommation d’eau et d’électricité, cela représente toujours 2000 euros d’économie sans prise en compte de la revente. Pas négligeable, non ?

Esthétique

C’est tellement plus joli une petite couche en tissu avec de jolis dessins ! Mais ça reste un avis totalement personnel ! Pour l’effet « grosses fesses » souvent craint avec les couches lavables, elles se sont bien améliorées sur ce point. Pour notre bébé, c’est impossible à deviner de l’extérieur.

Jetable, lavable, cela reste un choix tout à fait personnel à réaliser selon sa sensibilité et ses contraintes, j’espère vous avoir fourni quelques informations et je vous dis à bientôt pour un retour d’expérience plus concret (combien il m’en faut, comment je m’organise, et la crèche/nounou dans tout ça…) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *