Installer un poulailler dans mon jardin

Par défaut

Les avantages :

  • Le plus réjouissant est sans aucun doute celui de ramasser chaque jour des œufs frais en ayant la certitude de manger des produits bio et de qualité. Plus besoin de pister le numéro de la catégorie imprimé sur l’œuf en magasin ; 
  • En picorant le sol, les poules débarrassent le jardin des herbes et des insectes nuisibles ;
  • Recyclage naturel des déchets de la maison : les épluchures de pommes de terre, de légumes et les restes de pain rassi complètent le repas des gallinacés ;
  • Joie des enfants : développement de leur sens affectif, éducation au respect des animaux, responsabilisation par le ramassage des œufs, nourrissage des poules et entretien du poulailler.
  • C’est très écologique ! vos œufs ne vont plus parcourir des centaines de km avant d’arriver dans votre assiette.
la suite…

Les bienfaits de la méditation en confinement

Par défaut

Se poser en tailleur ou sur une chaise, s’allonger tranquillement dans de l’herbe à regarder le ciel, ou le plafond de son appart.

La méditation est un retour à soi, plus que se poser, c’est se poser à nouveau, se reposer. 

Dans une vie en mouvement, même en confinement, entre les enfants, le conjoint(e), le télétravail et les apéro-skype, l’esprit à besoin de se reposer, à des moments de la journée propre à chacun. C’est un moment à soi, à son souffle, au rythme de la vie naturelle, et c’est l’esprit plus clair et apaisé qu’on retourne à son quotidien. 

la suite…

Consommer local en Vercors

Par défaut

Le faisiez-vous déjà ?

Eh bien, pas moi !

Pourtant cela fait 10 ans que j’habite St Nizier. Comme quoi, il y a encore de l’ouverture à apporter à tous les habitants comme moi, qui reste centrée sur le lien avec la grande ville qu’est Grenoble.

Ce confinement m’a fait découvrir un aspect bien sympathique qu’est la vie rurale, la vie à la montagne, la vie à la campagne.

la suite…
Par défaut

Chers amis, chers adhérents,

La vie s’est ralentie depuis quelques jours, c’est le moment d’ouvrir ses fenêtres et d’écouter les chants des oiseaux, de regarder la nature se réveiller. La pollution a diminué aussi.

Vert&Co a du stopper ses activités, vous vous en doutez. Les comptoirs ont fermé pour une durée indéterminée, le conseil d’administration a pris toutes les mesures nécessaires pour mettre nos activités en pause. Nous continuons donc de travailler, d’imaginer, de « transitionner ».

Dans ce contexte qui peut être pénible et compliqué pour certains, nous nous réjouissons cependant de vous retrouver tous bientôt, pour continuer l’aventure, celle d’imaginer et de créer un nouveau mode de vie, plus sain, plus doux, plus respectueux, pour l’ensemble du vivant et notre petite planète bleue.

Avec toute notre amitié,

Le Conseil d’Administration de Vert&Co

Autopartage sur les Quatre Montagnes : un projet bien parti !

Par défaut

A Vert&Co, le thème de l’écomobilité est particulièrement sensible. Car, s’il est un territoire où les déplacements en voiture sont souvent nécessaires, voire incontournables, la multiplication des trajets quotidiens n’est pas très compatible avec l’écoresponsabilité.

Comment avancer sur ce sujet ? Des solutions d’écomobilité, il y en a plusieurs : le stop , le covoiturage, le vélo … et l’autopartage.

la suite…

Le programme de mars aux Comptoirs Vert&Co

Programme Les Comptoirs Vert&Co Lans en Vercors Transition écologique
Par défaut

Le numérique fait désormais partie intégrante de nos vies. Les plus jeunes ont du mal à considérer que nous ayons pu vivre sans. Et, à dire vrai, on ne se souvient plus toujours comment on pouvait vivre, avant, sans internet ni téléphone portable…

Une avancée majeure, donc, que ce numérique. Mais pas sans conséquences sur l’environnement. Avec un impact qui augmente plus vite encore que celui de l’aviation. 

Bienvenue dans ce nouveau programme, qui fait la part belle au NUMERIQUE VERT ,en explorant la face cachée de nos mobiles, nos ordinateurs et nos portables. On y apprendra les bonnes pratiques pour limiter son impact énergétique et consumériste.

Renseignement et réservation au 09 72 12 22 50 ou lescomptoirs@verteco.org 

la suite…

Le programme de février aux Comptoirs Vert&Co

Programme Les Comptoirs Vert&Co Lans en Vercors Transition écologique
Par défaut

Au cœur de l’hiver, on a envie de se tenir bien au chaud chez soi… Mais à l’heure où je vous écris, nous avons mangé sur la terrasse des Comptoirs, sous la chaleur de l’hiver : 18° à 14h. Bizarre, bizarre, ne trouvez-vous pas…? Il faut se faire une raison. Bien loin du “Y’a plus d’saison…” lâché hier pour faire la conversation, on va devoir s’habituer à des journées imprévisibles, à des mois chamboulés, à des années-records de chaleur. Pour toujours…? Non, pour 300 à 400 ans seulement. Bigre.

Une bonne raison, en tout cas, pour se serrer les coudes et se retrousser les manches, comme vous savez le faire, chers adhérents Vert&Co. Aux Comptoirs, c’est dans la convivialité et la bonne humeur que l’on aborde le changement !

Renseignement et réservation au 09 72 12 22 50 ou lescomptoirs@verteco.org 

la suite…

La croissance a-t-elle des limites ?

Par défaut

17 avril 2019, j’assiste à une soirée organisée par les Cafés Collaps de Grenoble, au Tonneau de Diogène. La grande salle voûtée est comble. Je me faufile jusqu’à un siège encore libre. L’écran devant moi affiche : « Décryptage du Rapport Meadows ». Que disait-il, ce fameux rapport, publié en 1972 à la demande du Club de Rome, que tout le monde cite sans vraiment savoir ce qu’il contient ? Et pourquoi en parle-t-on encore aujourd’hui, 50 ans après ? Le rapport fut édité pour le grand public sous le titre « The limits to growth », les limites à la croissance. Il disait en substance que la croissance industrielle infinie dans un monde fini pouvait conduire à un effondrement des ressources et de la population avant la fin du siècle. Et si leurs auteurs avaient raison ?

Je ressors de la soirée abasourdi par ce que je viens d’entendre, convaincu que ce qui était dit dans ce rapport était d’une importance capitale, et que si on avait écouté ces personnes il y a 50 ans, peut-être n’en serions-nous pas là aujourd’hui.

la suite…